De quoi sont faits nos vêtements?

La première étape vers une garde-robe plus éthique est de lire les étiquettes des nouveaux vêtements que l'on achète.

Slow Fashion 28/02/18
Comme consommateur, on nous a déjà habitués à regarder d'où provient le morceau: Chine, Italie, Bangladesh, Canada. Cela peut nous donner une idée sur les conditions dans lesquelles il a été produit. Toutefois, on ne nous explique pas les autres éléments qu'il faudrait analyser sur l'étiquette, comme le textile utilisé et dans quelle quantité il devrait s'y retrouver. Polyester, rayonne, coton, modal, difficile de s'y retrouver!

Voici donc un petit résumé des différentes fibres qui composent souvent nos vêtements et les raisons pour lesquelles les rechercher...ou les éviter.

Fibres synthétiques

Polyester:
Le polyester est une fibre synthétique faite à partir de polymère. Plus précisément, à partir du même matériel que les bouteilles d'eau, c'est à dire de Polyéthylène téréphtalate (PET). C'est un dérivé du pétrole et comme les autres plastiques, ce textile est sensible à la chaleur et est très inflammable.

Le polyester est souvent utilisé par les compagnies de vêtements puisqu'il est résistant, ne se froisse pas facilement et est facile à teindre. De plus, comme il est sensible à la chaleur, il est facile à modeler dans la forme voulue.

Du côté des consommateurs, il est apprécié pour sa résistance, pour sa facilité d'entretien et dans les vêtements de sport, car il évacue l'eau rapidement. Par contre, puisqu'il s'agit d'un dérivé du pétrole, le polyester ne respire pas beaucoup, ce qui peut donner chaud et subséquemment causer de la transpiration et une mauvaise odeur.

Étant un plastique, le polyester n'est pas biodégradable et n'est donc pas le plus écologique des textiles. Dans le meilleur des cas, il commencera à se dégrader après 20 ans, mais le processus peut prendre jusqu'à 200 ans. Si vous voulez choisir un vêtement fait à partir de polyester, le polyester recyclé est une option intéressante. Le processus consiste à pulvériser des bouteilles de plastique, des résidus industriels de plastique et des vêtements jetés, à faire fondre les particules et à les remodeler en fibres qui pourront être retissées en un nouveau vêtement.

Où on le trouve: Crêpe, Satin, Velours, polard, utilisé autant pour des vêtements d'exercice qu'une robe de soirée


Acrylique:
L'acrylique est une fibre synthétique faite à partir d'acrylonitrile, qui est un plastique. Comme le polyester, il est sensible à la chaleur et est inflammable. C'est une fibre qui ressemble à la laine, est douce, chaude et hypoallergène. Elle est aussi utilisée pour des imitations de fourrure.

Cette fibre est appréciée par les végétaliens, étant une alternative aux fibres naturelles provenant d'animaux. Elle est facile à teindre, lavable à la machine et est résistante aux dommages du soleil et des mites. D'un autre côté, puisqu'il s'agit d'un dérivé de plastique, l'acrylique à tendance à créer de la statique. De plus, lorsque l'acrylique est de basse qualité, vos vêtements feront des peluches à force de les porter.

Malheureusement, l'acrylique est difficile à recycler et est une substance toxique et polluante. Lors du lavage en machine, il a tendance à perdre des microfibres, qui aboutissent dans nos cours d'eau et éventuellement dans l'océan. Pour réduire cet impact, vous pouvez utiliser un sac de lavage qui empêche les microfibres de s'échapper dans la machine.

Où on le trouve: Imitations de fourrure, tricots, bas


Spandex/lycra/élasthanne:
Le spandex, lycra, ou élasthanne sont des termes différents qui désignent la même fibre. Il s'agit d'une autre fibre synthétique faite à partir de polymère. Il a des propriétés très élastiques et est flexible, ce qui en fait un textile très confortable dans les vêtements serrés ou de performance.

Comme le polyester, le spandex est un plastique et n'est pas une fibre biodégradable, mais peut être utilisé en petites quantités avec des fibres organiques ou recyclées. Cela peut prolonger la flexibilité et la vie d'un textile rigide qui, autrement, aurait tendance à s'user rapidement et à ensuite être jeté.

Où on le trouve: Vêtements moulants, jeans pour femme, vêtements de sport, sous-vêtements


Nylon/Polyamide:
Rarement utilisé pour des vêtements autre que des bas nylon, le nylon (ou polyamide) est une fibre synthétique faite de plastique. Il est plus fort que le polyester et est souvent utilisé pour fabriquer des tentes, des parapluies ou des parachutes.

La production du nylon est extrêmement polluante. La fibre est dérivée du pétrole et du charbon, et le processus de fabrication nécessite beaucoup d'eau et produit des émissions de gaz à effet de serre de N2O, un gaz qui est 310 fois plus polluant que le CO2.

Dans certains cas, l'utilisation du nylon peut être un choix plus durable qu'une fibre naturelle, puisque la durée de vie du produit sera beaucoup plus longue. Généralement, cela s'applique à l'équipement militaire, de camping et de sport ou des tapis industriels.

Où on le trouve: Bas nylon, sac à dos, étuis, ceintures


Fibres Semi-Synthétiques

Rayonne/viscose/modal
La rayonne, la viscose et le modal sont des fibres synthétiques, mais provenant d'une matière naturelle, soit de pulpe végétale (soya, bambou, canne à sucre, chêne, hêtre pour le modal, etc.). Elles sont appréciées, car elles partagent plusieurs des caractéristiques de la soie et du coton. Tout comme le coton, ces fibres respirent, sont très absorbantes et ont un effet de thermorégulation sur la peau. Puisqu'elles sont synthétiques, elles peuvent être tissées beaucoup plus fines et régulières que le coton, pour être aussi douces au touché que la soie, mais à prix inférieur.

Du côté environnemental, ces fibres sont généralement biodégradables et proviennent de sources naturelles comme le bambou, dont la culture requiert très peu d'eau et aucun pesticide. Elles sont plus écologiques que les fibres entièrement synthétiques, mais ne sont pas parfaites. En effet, le processus servant à transformer les plantes en fibres utilise des produits tels que le disulfure de carbone (CS2), un solvant très toxique qui pollue et nuit à la santé des ouvriers. De plus, la provenance des plantes n'est pas toujours claire et peut provenir d'écosystèmes forestiers menacés.

En ce qui a trait spécifiquement au bambou, il faut faire attention aux étiquettes. On nous vante souvent les mérites de ce dernier, mais sans nous dire qu'il existe deux types de fibre de bambou, soit le bambou lin et le bambou viscose. Le bambou lin est converti sans produits chimiques et est écologique, tandis que le bambou viscose vient du même processus chimique que la viscose. Malheureusement, c'est ce type qu'on retrouve le plus souvent sur le marché.

Où on le trouve: Blouses, robes, t-shirts, sous-vêtements, imitation de soie


Tencel/Lyocell
Le Tencel® et le lyocell sont des synonymes désignant la même fibre. En effet, le Tencel®, qui est le terme le plus souvent utilisé sur le marché pour identifier ce type de fibre, est une marque de lyocell produite par la compagnie Lenzing. Partageant plusieurs caractéristiques de la rayonne, dont il est une sous-catégorie, le tissu de lyocell sera souvent doux avec un beau drapé qui ne froisse pas. Comme les autres types de rayonne, il est fait à partir de pulpe végétale. Il est aussi appréciable pour ses propriétés antibactériennes.

Le lyocell est reconnu pour être plus écologique que la rayonne traditionnelle grâce à son processus de production plus propre. En effet, la grande différence se trouve dans le solvant utilisé pour dissoudre la pulpe servant à fabriquer le lyocell. Celui-ci, contrairement au solvant utilisé dans le cycle de production de la rayonne, n'est pas toxique et peut être recyclé à 99%. Pour la matière première végétale, on utilise des plantes d'eucalyptus provenant de plantations durables. La culture de l'eucalyptus nécessite moins d'eau que le coton et n'exige pas de pesticides. Finalement, le tissu obtenu en tissant ces fibres est biodégradable et est en somme un excellent choix.

Où on le trouve: imitation de soie, jeans, pantalons, blouses, t-shirts, etc.


Fibres végétales

Coton
Le coton est sûrement la fibre naturelle la plus connue et la plus utilisée. Le coton est cueilli directement de la plante et est ensuite traité (filé) pour pouvoir être tissé. La fibre de coton est choisie par les acheteurs pour sa durabilité, sa douceur et puisqu'elle respire bien tout en étant isolante. Le coton convient donc en été comme en hiver. Par contre, cette fibre peut rétrécir et perdre sa couleur au lavage, lui donnant son apparence vintage après quelques mois. Aussi, un tissu fait à 100% de coton sera un peu plus rigide et aura tendance à froisser.

Malgré le fait que le coton est naturel et biodégradable, il n'est pas le choix le plus durable. Le coton est une plante qui requiert une énorme quantité d'eau, soit environ 2 500 litres d'eau (138,8 bouteilles de 18 l. qui s'achètent en épicerie) pour un seul t-shirt. De plus, la culture du coton demande souvent des pesticides toxiques qui polluent l'air et l'eau aux alentours des plantations et nuisent à la santé des ouvriers. En effet, plusieurs études démontrent un lien évident entre la culture du coton et des d'empoisonnements chez les agriculteurs qui le cultivent. Il y a aussi des abus des droits de la personne dans des pays comme l'Ouzbékistan, où les enfants sont exploités pour leur travail dans les champs et où les travailleurs doivent travailler de longues heures sans accès à de l'eau et dans des conditions dangereuses.

Si vous voulez choisir le coton, le coton biologique est une option beaucoup plus écologique. La plante a tout de même besoin de beaucoup d'eau, mais les agriculteurs peuvent en réduire la quantité requise en utilisant des terres de qualité et en pratiquant la rotation des cultures. Les semences ne sont pas génétiquement modifiées et on privilégie l'utilisation de compost naturel aux engrais chimiques. De plus, les plantations de coton biologique sont généralement plus socialement responsables.

Où on le trouve: Chemises, jeans, sous-vêtements, t-shirts, robes, kakis, etc.


Lin
Le lin est une fibre qui vient de la plante de lin. Ce textile respire bien et est frais au toucher, il est donc apprécié pour les vêtements d'été. C'est une fibre très résistante, mais pas flexible. Elle peut avoir tendance à trouer lorsque le vêtement est toujours plié au même endroit, par exemple aux ourlets. Le tissu fait à partir de lin peut être plus rigide lorsqu'il est neuf, mais va s'adoucir avec le temps. Il froisse facilement et l'apparence décontractée du lin fait souvent partie du style d'un vêtement.

Le processus utilisé pour extraire la fibre de la plante, s'appelant le rouissage, consiste à laisser la plante se décomposer pendant plusieurs semaines pour pouvoir plus facilement séparer la fibre de la tige. Il existe plusieurs types de rouissage soit le rouissage à l'eau, où la plante est submergée dans des bassins d'eau, le rouissage à terre, où la plante est arrachée et laissée à macérer dans le champ à la chaleur et le rouissage chimique. Le plus écologique est le rouissage à terre, qui évite la pollution des cours d'eau avoisinants. La couleur naturelle et la résistance de la fibre de lin dépendent de la méthode de rouissage utilisée et de la durée de celle-ci. La couleur de la fibre peut être très pâle et dorée, grise ou brune. Elle n'est jamais naturellement blanche, cette couleur peut être atteinte seulement en utilisant un blanchiment chimique.

Le lin est généralement écologique, nécessitant moins d'eau, de pesticides et d'engrais chimiques que le coton. De plus, d'autres parties de la plante peuvent être utilisées à d'autres fins, telles que les graines de lin, dont on se sert pour faire l'huile de lin. Comme pour le coton, on peut trouver une version biologique, qui n'utilise aucun produit chimique ni de pesticides.

Où on le trouve: Vêtements d'été, draps, nappes, serviettes


Chanvre
Le chanvre est l'un des tissus les plus écologiques disponibles. Il pousse très rapidement (environ onze semaines) et ne nécessite presque pas d'entretien. Il ne requiert pas de pesticides ou d'engrais chimiques, car il est naturellement résistant aux insectes et aux maladies. Le rouissage à terre est la méthode de macération la plus écologique et la plus utilisée pour le chanvre. Sous sa forme de fibre, il est très résistant et devient plus doux à chaque lavage. Il possède aussi des propriétés antibactériennes. C'est une fibre résistante à l'usure, qui absorbe bien et qui est isolante. Les fibres de chanvre ressemblent beaucoup au lin et peuvent être tissées en textiles similaires. De plus, il peut être tissé avec d'autres fibres, dont la soie, l'élasthanne, le coton, la laine, afin de créer des textures différentes.

Où on le trouve: chapeaux, chemises, robes, jupes, pantalons, textiles de décoration (coussins, tapis), ou dans des mélanges de textiles


Soie
La soie traditionnelle est reconnue pour sa douceur et sa brillance. C'est une fibre appréciée des acheteurs pour son effet de légèreté, et son lustre bien particulier. Elle a des propriétés thermiques qui la rendent aussi plaisante à porter en été qu'en hiver. La soie est cultivée dans des magnaneries, des «fermes» de soie, où les chenilles du bombyx du mûrier sont nourries des feuilles du mûrier. Lorsqu'elles tissent leurs cocons en vue de se transformer en papillons, les chenilles sont ébouillantées et tuées à l'intérieur du cocon. Cette pratique va extraire le long filament de soie et le garde intact pour qu'il puisse ensuite être tissé. La fibre est très résistante, mais plus délicate lorsqu'elle est mouillée puisqu'elle n'est pas élastique. Cela fait en sorte que beaucoup de textiles faits à partir de soie requièrent le nettoyage à sec ou le lavage à la main.

La soie est un textile biodégradable et est plus durable que les textiles synthétiques, mais elle n'est pas parfaite. D'un point de vue éthique, sa production requiert la mort des vers à soie. De plus, ce type de ver est entièrement domestiqué et est devenu une espèce qui ne vole pas et qui est incapable de se nourrir sans l'aide d'un humain. D'un point de vue écologique, la production de soie nécessite beaucoup de ressources. En effet, il faut une centaine de kilogrammes de feuilles de mûrier et environ 3000 vers pour fabriquer un kilogramme de soie. Le mûrier peut pousser sans pesticides et sans engrais chimiques. Toutefois, il est majoritairement cultivé dans des pays d'Asie, dont l'Inde et la Chine, où l'agriculture intensive, l'utilisation de produits chimiques pour laver la soie et le transport contribuent à la pollution de l'environnement.

Il existe des alternatives: la soie sauvage ou la soie Ahimsa. Dans les traditions hindoues et bouddhistes, le mot Ahimsa représente le principe de la non-violence envers tous les êtres vivants. La soie Ahimsa est cultivée en laissant éclore les cocons, sans tuer le ver. Elle vient de différentes espèces de vers et peut avoir des caractéristiques différentes de la soie traditionnelle, comme une couleur jaunâtre. La soie Ahimsa tissée est moins brillante et plus rugueuse que la soie traditionnelle, puisque le filament du cocon est cassé lors de l'éclosion. En revanche, elle est plus éthique.

Où on le trouve: Pyjamas, lingerie, écharpes, blouses, robes, vêtements de soirée.


Laine/Mérinos (mouton)
La laine (ou mérinos), qui est la fibre faite avec le poil du mouton, est chaude, isolante et douce. C'est une fibre naturelle qu'on peut tisser, tricoter, crocheter et feutrer. Dépendamment du mouton et de son environnement, le poil peut créer une fibre douce et fine ou corsée et plus rugueuse. Le mouton du mérinos est particulièrement reconnu pour produire la laine de mouton la plus douce et la plus fine. Sa qualité supérieure fait en sorte qu'on peut souvent lire "laine de mérinos" sur les étiquettes au lieu d'être affiché simplement comme de la laine.

Les vêtements en laine sont idéaux pour un temps froid. La laine absorbe bien les odeurs et n'a pas besoin d'être lavée souvent. Elle est délicate lorsqu'elle est mouillée et peut rétrécir avec la chaleur alors il est mieux de la nettoyer à sec ou à la main à l'eau froide et de la sécher à plat.

Son caractère éthique et écologique peut varier grandement en fonction de comment la fibre est produite. Dans les pires cas, les moutons ne vivent pas en liberté, sont battus et sont sujets à une tonte agressive, à la castration sans anti-douleurs et à d'autres pratiques douloureuses, comme le mulesing. La laine peut ensuite être traitée à l'aide de produits chimiques polluants qui ont pour objectif de dissoudre la graisse, la saleté et tous débris végétaux du poil. Dans les meilleurs cas, par exemple dans le cas de la laine biologique, les animaux vivent dans de bonnes conditions et ont accès à l'extérieur. Ils sont nourris de plantes biologiques qui n'ont pas été exposées à des pesticides et la laine est traitée avec des nettoyants et des teintures écologiques exclusivement.

Idéalement, lorsqu'on magasine un article en laine, on veut faire attention à la provenance de la laine, aux conditions de vie des moutons et au processus de traitement de la fibre. On ne peut pas se fier au pays d'origine pour déterminer si les animaux vivent dans de bonnes conditions ou non, il faut donc regarder les étiquettes et chercher une certification bio ou, encore mieux, acheter des produits locaux pour lesquels la laine provient de fermes connues.

Où on le trouve: Pulls, tailleurs, chapeaux, manteaux, tapis.


Cachemire/mohair (chèvre)
La laine de cachemire, aussi connue sous le nom de cachemire, provient de la laine de chèvre de cachemire. Cette fibre est beaucoup plus douce, plus fine et résistante que la laine de mouton. Elle est aussi plus isolante (environ 3 fois plus) que la laine de mouton. Sa qualité et sa réputation de rareté sur le marché en font un tissu très cher. Le mohair est la laine de la chèvre angora (à ne pas confondre avec la laine d'angora, qui provient du lapin angora) et est naturellement brillant ainsi que plus dispendieux et plus rare que le cachemire.
L'élevage des chèvres de cachemire se fait majoritairement en Chine ou en Mongolie, où la protection des droits des animaux n'est presque pas existante. Le cachemire est si lucratif, qu'on fait un élevage intensif des chèvres. Les troupeaux deviennent si larges qu'ils consomment la grande majorité des pâturages et ne laissent pas grand-chose aux espèces locales, ce qui a pour effet de nuire à la biodiversité d'espèces en voie de disparition, comme le léopard des neiges. Le processus de production standard nécessite souvent la tonte des chèvres, qui se fait une fois par année pendant la période de mue. Ensuite, les poils de la sous-couche, qui sont ceux utilisés pour le cachemire, sont séparés à la main des poils de la couche extérieure qui sont beaucoup plus drus. Sans leurs poils, les chèvres sont plus sensibles aux froides températures et aux maladies.

Malgré le fait que le mohair n'est pas lié aux mêmes enjeux environnementaux que le cachemire, les deux types de laine proviennent d'un animal et, comme le mouton, il est difficile de savoir dans quelles conditions ils sont élevés.

Où on le trouve: Pulls, tailleurs, manteaux, foulards, jetés.


Alpaga (lama)
La laine d'alpaga ressemble beaucoup à la laine de mouton, entre autres pour ce qui a trait aux méthodes de préparation et de traitement de la laine. La laine d'alpaga est toutefois plus résistance et légère que la laine de mouton. Il s'agit d'une bonne alternative à la laine de mouton, car leur impact environnemental est plus faible. Les alpagas consomment moins de ressources et d'eau et le traitement de leur laine nécessite peu ou pas de produits chimiques, car elle ne contient pas les mêmes corps gras que la laine de mouton. De plus, l'alpaga existe dans une variété de couleur comme le blanc, brun, gris et noir, donc pas nécessaire de teindre de la laine blanche en brun ou gris.

Du point de vue éthique, les alpagas vivent généralement dans de meilleures conditions que les moutons. Comme ils ne sont pas élevés pour leur viande, les alpagas vivent une longue vie à produire de la laine. Leur tonte peut se faire seulement une fois par année. Les producteurs se concentrent donc à produire une fibre de qualité plutôt qu'à produire un large volume. Les alpagas vont donc souvent vivre à l'extérieur et avoir accès à de larges espaces.

Où on le trouve: Pulls, mitaines, manteaux, foulards, jetés


Angora (lapin)
L'angora est la fibre qui provient du poil du lapin angora. C'est un poil extrêmement doux, soyeux, léger et chaud. Un vêtement en laine d'angora sera généralement plus fin et duveteux que s'il était fait de laine de mouton. Le poil d'angora est un poil luxueux et délicat qui peut facilement se feutrer avec la friction ou au lavage. Souvent, on le retrouve dans un mélange avec de la laine ce qui le rend plus résistant à l'usure et réduit le coût.

Le lapin angora doit être brossé ou rasé fréquemment, puisque son poil devient très emmêlé, ce qui est très douloureux et peut lui causer des problèmes de santé. Pour cette raison, la collecte de laine d'angora peut se faire éthiquement et même pour le bien-être de l'animal. Par contre, c'est très rare de trouver de la laine d'angora produite éthiquement dans l'industrie de la mode. La plupart des lapins des fermes d'angora subissent des épilations cruelles, puisque cela permet de récolter les poils longs de plus haute qualité uniquement. De plus, les lapins élevés à des fins commerciales doivent vivre en cage pour éviter qu'ils se salissent, se battent et se reproduisent. Ainsi, autre qu'une laine prise directement d'un lapin de compagnie, il est difficile de trouver une solution éthique à la laine d'angora.

Où on le trouve: Tricots, foulards, mélanges de laine


Autres notes sur le textile

Le tissu

La texture et la flexibilité d'un vêtement peut non seulement dépendre de la fibre utilisée, mais de comment celle-ci a été travaillée pour devenir un tissu. Les techniques les plus utilisés sont le tricot et le tissage, mais il y a aussi le feutrage, le crochet et la dentelle. Un matériel tricoté est flexible et un matériel tissé, surtout si celui-ci est tissé plus serré, ne l'est pas. C'est pour ça qu'un t-shirt, qui est généralement tricoté, en 100% coton est plus extensible qu'un jeans en 100% coton, qui est tissé.

Les mélanges
Les mélanges de fibres peuvent être pratiques pour créer un tissu qui aura les caractéristiques de différentes fibres. Par exemple, on rajoute souvent un peu de spandex au jeans en coton pour qu'ils soient plus flexibles, gardent leurs formes et durent plus longtemps. Souvent aussi il y a des mélanges dans les pulls tricotés, comme de l'acrylique et la laine, pour que celui-ci coûte moins cher tout en étant plus doux. Par contre, il est souvent impossible de recycler un textile mélangé, car on ne peut pas séparer les différentes fibres.